Accueil > Blog > Municipalités et Développement Durable

Municipalités et Développement Durable

Kaysersberg : Le maire dirige la traque aux énergies fossiles

dimanche 27 mai 2007, par Patrick Cotrel - - -

Le très officiel « Courrier des maires et des élus locaux » rend compte, dans son numéro de mai 2007, de l’expérience de l’action municipale de la commune de kaysersberg (68) en faveur du Développement Durable. Une expérience à étudier … !

Dans le camping municipal de Kaysersberg circule un véhicule original, équipé d’un panneau photovoltaïque. Ce prototype de camionnette électrique solaire, créé par la ville, a l’air d’un gadget, mais il ne faut pas s’y tromper. L’engin symbolise l’offensive lancée par la ville et son charismatique maire écolo, Henri Stoll, pour diminuer les consommations d’énergies fossiles. Dans sa traque aux watt-heures non renouvelables, la municipalité s’est attaquée d’abord à ses propres consommations, investissant dès 2002 le camping. Le solaire thermique, installé pour chauffer l’eau, a coûté 65000 euros. Subventionné à 50 %, il sera amorti en moins de 10 ans. « On se demande pourquoi on ne l’a pas fait avant », s’exclame Frédéric Schmitt, secrétaire général de la mairie.
Cibler les investissements
Cibles suivantes : l’éclairage public et celui des bâtiments. « Des ampoules basse consommation ont été installées sur 30 % du parc. En quatre ans nous avons déjà réduit de 22 % notre facture MaireKaysersbergannuelle d’électricité », explique Frédéric Schmitt. « C’est très simple et ça nous fait gagner de l’argent ! s’exclame Henri Stoll. Je ne comprends pas que les élus ne fassent pas au moins ça. » En parallèle, entre 2002 et 2003, les bâtiments ont bénéficié d’un diagnostic énergétique dans le but de cibler les investissements les plus pertinents.
Ainsi, en 2005, une chaufferie bois a été installée pour les ateliers municipaux. L’investissement - plus de 100000 euros -, subventionné à près de 60 %, doit être amorti en 5 ans. Et depuis 2006 tout un réseau de chaleur au bois alimente salle des sports, école et dojo, la piscine intercommunale étant équipée de panneaux solaires photovoltaïques et thermiques. « Notre logique a complètement changé. Nous ne raisonnons plus en prix d’achat mais en coût global. De plus, l’investissement bénéficie de subventions, pas le fonctionnement », argumente
Frédéric Schmitt. Afin d’aller encore plus loin dans l’offensive, la ville a lancé un appel d’offres pour se fournir en électricité à 100 % d’origine renouvelable.
Des subventions pour les particuliers
Pour que les particuliers ne soient pas en reste, la mairie leur donne un coup de pouce. Elle subventionne 10 % du montant des travaux d’installation d’énergie renouvelable (plafonné à 450 euros pour le solaire thermique, 1000 euros pour le solaire photovoltaïque et 1500 euros pour le chauffage au bois). Depuis 18 mois, la commune a soutenu 12 foyers pour 8200 euros, l’investissement des particuliers s’élevant à 98000 euros. La ville cumule désormais 162 m2 de panneaux solaires thermiques, dont 82 m2 de photovoltaïques, et 780 kW de bois énergie. Cette démarche globale de réduction de la consommation des énergies fossiles fait boule-de-neige dans les communes proches. « Elles ont toutes adhéré à la philosophie Stoll », résume Frédéric Schmitt. A tel point que la communauté de communes de la vallée de

GIF - 7.9 ko
Commune de Kaysersberg

Kaysersberg, dont Henri Stoll est le vice-président, affiche désormais l’ambition de devenir un pôle de référence du développement durable au niveau européen.

« PRÊCHER PAR L’EXEMPLE
ET POUR L’INTÉRÊT GÉNÉRAL »

"Mon but, c’est de montrer qu’il est possible de réduire le recours aux énergies fossiles. Que ce n’est pas une utopie de doux rêveurs. Il faut agir pour montrer qu’on peut faire des choses, en faire la preuve par les réalisations. Aujourd’hui les gens voient que ça marche. Plus personne ne nous traite de "petits écolos". Ils se disent : "M ... (1) Il a peut-être raison !" On sent que ça bouge sur le terrain mais, pour arriver aux réalisations, il faut se plier à l’intérêt général et ne pas faire du clientélisme. Au début, chaque projet est une lutte.
Par exemple, pour la chaufferie bois, les gens pensaient qu’il faudrait mettre des bûches dans la chaudière ! J’y crois à fond, c’est ce qui permet d’avancer malgré les critiques. Au final, les citoyens sont favorables. Quand j’ai donné plus de places aux vélos et piétons dans la ville, notamment en décidant de mettre fin au dogme des 8 mètres de largeur des chaussées, j’ai essuyé beaucoup de critiques. Aujourd’hui, les citoyens apprécient. La voiture, considérée comme un symbole de liberté, reste cependant un gros point de blocage. Toutes les actions qui y touchent sont particulièrement compliquées à mettre en œuvre ... Mais, on y arrive ! Aujourd’hui, le projet de parc éolien suscite des blocages phénoménaux. Même chez mes amis écolos. Y a-t-il un lobby derrière ? Je suis perplexe. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.