Accueil > Blog > Chômage : éléments de bilan d’un an de crise sanitaire

Chômage : éléments de bilan d’un an de crise sanitaire

mardi 6 avril 2021, par Patrick Cotrel - -

Les chiffres de Pôle emploi fin février

Il y a peu de variations par rapport au mois précédent, mais les variations sur un an sont significatives :
- Le nombre de chômeurs de cat.A a augmenté de 10,6 % (et de 12,8 % pour les moins de 26 ans) ;
- Le nombre de chômeurs de cat.A, B et C a augmenté de 6,2 % (et de 9,6 % pour les moins de 26 ans) ;
(Explication :
- Les offres d’emploi recueillies par Pôle Emploi en février sont au nombre de 214 000. Leur nombre était de 267 000 en février 20230, ce qui représente une baisse de 20 %.
On est donc loin d’entrevoir un retour à une situation similaire à celle d’avant crise, malgré l’utilisation massive du dispositif de chômage partiel ; et on constate que ce sont les jeunes qui paient le plus lourd tribu...

Plusieurs pistes pour un bilan sur un an

A cette augmentation du nombre de chômeurs de cat. A, B et C de 335 000 depuis un an, il faut ajouter les 117 000 personnes qui ont décroché de la sphère du travail : ils ne sont plus ni en emploi, ni au chômage, mais sont considérés comme « inactifs ». Ils sont repérables dans les statistiques de l’iNSEE : voir l’article du 22 février dernier (http://www.patrickcotrel.com/Les-de...)
Au total, on a près de 500 000 personnes de plus en difficulté. Et parmi elles on trouve une bonne proportion de jeunes et de personnes en contrats précaires.

La réforme des allocations chômage

C’est dans ce contexte que le gouvernement impose sa réforme des allocations chômage, contre l’avis de toutes les organisations syndicales de salariés.
Pourquoi cette réforme ,
Il faut savoir que lorsque les gouvernements ont décidé d’exonérer certains emplois de « charges » sociales, les différentes caisses (maladie, retraites, assurance chômage) n’ont reçu aucune compensation de l’État.
De la même façon, lorsque le gouvernement a décidé d’ouvrir largement le dispositif de chômage partiel, 1/3 du montant des indemnisations ont été financées par l’assurance chômage (UNEDIC), sans compensation de l’État.
Mécaniquement, l’UNEDIC voit son déficit augmenter très fortement… Et c’est au nom de cela que le gouvernement impose cette réforme de l’indemnisation du chômage, officiellement pour économiser 4,5 milliards € en 3 ans.
Cette réforme a été différée à cause de la crise sanitaire, mais aussi à cause de l’avis négatif du Conseil d’État. Le gouvernement vient de prendre un arrêté fin mars pour application en juillet prochain.

Les principales mesures de cette « réforme » :
- Calcul du salaire journalier de référence : ce calcul sera obtenu en divisant les salaires perçus par le total des jours calendaires de la période concernée (au lieu des seuls jours travaillés). Cela pouvait conduire à diviser par 4 ce montant du salaire journalier de référence. Grâce à l’intervention du Conseil d’État les jours non travaillés seront limités à un maximum de 57 % de l’ensemble. Selon une étude de l’UNEDIC (demandée par les syndicats et révélé par l’obs), les 220 000 chômeurs qui travaillaient entre 25 et 49 % verront leur indemnité baisser en moyenne de 890 à 640€ par moi ; les 285 000 chômeurs ayant travaillé entre 50 à 75 % verront leur indemnité baisser de 200€. Et au total, ce sont 840 000 chômeurs qui auront une allocation chômage en baisse dès juillet 2021.
- Dès que l’activité aura repris ‘normalement’, il faudra avoir travaillé 6 mois dans les 24 derniers mois pour ouvrir des droits à indemnisation, au lieu de 4 mois dans les 28 derniers mois dans l ‘ancien système. Ce sont les jeunes qui vont faire les frais de ce nouveau dispositif.
- Les cadres (salaire brut supérieur à 4500€) verront leur indemnité amputée de 30 % à partir du neuvième mois de chômage ; si la situation redevient ‘normale’, cette dégressivité pourrait être appliquée dès le 7ème mois.
- …
Au total, ce gouvernement se refuse d’augmenter l’imposition des plus riches (qui ont mis de l’argent de côté depuis un an), mais il n’hésite pas à ‘pomper’ les revenus des plus précaires.

Quoiqu’il en coûte ?...pas pour tout le monde !!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.